bip

Publié le 7 Avril 2021

L’UFIP refuse l’ouverture d’une négociation sur le télétravail : Circulez, il n’y a rien à voir !

A l’instar de François Hommeril, la CFE-CGC Pétrole souligne que télétravail remet en évidence « le rôle fondamental des interactions sociales et des valorisants de chaque personne dans une entreprise ». Pour la CFE-CGC, mettre en place de manière durable le télétravail dans un contexte de crise sanitaire marqué par la généralisation de la continuité d’activité à domicile (CAD) dans des conditions souvent dégradées, passe par la mise en place de garanties collectives.

Alors pourquoi l’UFIP refuse-t-elle de négocier un accord
qui concernerait les 33,000 salariés de la branche ?
parce que l’ANI existe déjà et que les majors pétroliers adhérents à l’UFIP ont déjà tout ce qu’il faut …
ce n’est bien sûr pas notre avis !

Un sondage OpinionWay a montré qu’une partie des salariés, travailleurs à distance, voit ce dispositif comme une contrainte (et se sentent même en détresse psychologique), se sentent isolés, se sentent dans la « facticité émotionnelle », c'est-à-dire dans le semblant d'aller bien surtout si la caméra est éteinte pendant les visio-conférences...
Pour d’autres il est plus facile de concilier vie professionnelle et vie privée grâce au télétravail et souhaite conserver la possibilité de télétravailler.
Pour d’autres encore il est hors de question de télétravailler…

Dans tous les cas le télétravail doit être encadré en prenant en compte les spécificités de chaque métier.

La négociation d’un accord de branche permettrait d’abord de partager un constat de branche sur le télétravail contraint lié à la pandémie et d’anticiper de façon collective pour fixer les meilleures façons de télétravailler et éviter notamment aux salariés des Risques Psycho Sociaux (RPS) !
Un suivi de l’accord et des indicateurs pertinents, nous permettrait paritairement d’améliorer cette pratique du télétravail comme une liberté pour les salariés volontaires, ce qu’elle doit être avant tout.
C’est fort de ce constat que nous avons demandé à l’UFIP (voir notre déclaration ci-après) l’ouverture de négociation portant sur le télétravail, dans le prolongement de l’accord national interprofessionnel (ANI) conclu par les partenaires sociaux (CFDT, CFTC, FO et CFE-CGC) fin décembre 2020.

Votre syndicat CFE-CGC Pétrole attentif aux nouvelles façons de travailler et acteur d’une transition énergétique juste !

Version complete de la communication

Voir les commentaires

Rédigé par CFE CGC Pétrole

Publié dans #Petrole, #cfecgc, #UFIP, #BIP, #social

Repost0

Publié le 24 Février 2021

La CFE-CGC Pétrole demande à l’UFIP qu’elle affiche une politique ambitieuse sur les emplois, les compétences et la formation des 33000 salariés de la branche !
Et qu’elle y associe les organisations syndicales !

Depuis quelques mois, dans le secteur pétrolier, il ne se passe pas une semaine en France, en Europe et dans le monde sans qu’il soit question de suppressions de postes, de plans de départ (plus ou moins) volontaire, de ruptures conventionnelles collectives ….
A la CFE-CGC Pétrole, cela ne nous semble pas cohérent avec les enjeux de la transition écologique source d’opportunité pour créer dans les nouvelles énergies des emplois pérennes à forte valeur ajoutée tout en conservant le modèle des hydrocarbures responsables fournissant des produits encore indispensables aux habitants de la planète.
Nous l’avons dit, redit et nous le redirons : l’UFIP et ses adhérents doivent créer une dynamique rassurante pour les salariés de la branche pétrole, qui plus est dans une période de crise sanitaire anxiogène qui n’en finit pas…le paysage industriel et énergétique évolue vite et les 33.000 salariés du pétrole qui représentent une industrie de pointe en mutation ne doivent pas être laissés pour compte !
Concernant la crise sanitaire et le télétravail contraint, nous avons d’ailleurs demandé avant Noël que l’UFIP procède à une étude sur le moral des salariés de la branche, sans retour pour l’instant.
Ce sera notre sujet de préoccupation majeur en 2021.

Nous émettons le voeu que la branche et l’UFIP jouent leur rôle pour créer une
dynamique porteuse d’avenir sur ces sujets !

Votre syndicat CFE-CGC Pétrole attentif aux enjeux sur l’emploi, les métiers, les compétences, la formation
et acteur d’une transition énergétique juste !

​​​​​​​-------------------------------------------------------------------------------------

Déclaration CFE-CGC Pétrole lors de la négociation Sécurité du 14 janvier 2021

Bonjour à tous,
Au nom de la CFE-CGC Pétrole, nous adressons à l’ensemble des 33.000 salariés de notre branche, aux OS qui les représentent et à la chambre patronale nos meilleurs voeux de santé et d’employabilité pour cette nouvelle année qui s’annonce complexe.
A une époque où l’on ne parle que de capitalisation boursière – dernier chiffre en date : Next Era le géant américain des énergies renouvelables pèserait 150 milliards de $, 65% de plus que Total - et de grands opérateurs internationaux de la transformation écologique, nous voulons recentrer les transitions énergétique et écologique sur l’humain, c’est-à-dire les hommes et femmes de la branche, les métiers et compétences actuels et futurs, leur formation et l’attractivité de la branche pour les jeunes avec l’identification de filières d’avenir !
D’autres organisations mènent en France des opérations pour s’emparer des champs de l’industrie, de l’énergie et de l’environnement :
➢ « des métiers pleins d’énergie » de la FEDENE (fédération des services énergie et environnement),
➢ France Industrie sur les métiers émergents « les 20 métiers qui vont recruter en 2021 »,
➢ France Chimie avec son « village de la chimie » 100% digital pour l’emploi des jeunes et l’alternance,
➢ Signature d’une convention entre l’UIMM et l’Education Nationale pour valoriser les métiers de l’industrie …

Quelle est la feuille de route de l’UFIP sur ces sujets de l’emploi, des compétences et de la formation et leurs évolutions ?
Nous le répétons, nous ne voulons pas bien sûr que la transition écologique soit synonyme de perte d’emplois et d’attrition de nos métiers historiques à forte valeur ajoutée. Elle doit être au contraire pour les salariés, avec de l’innovation, synonyme de création de valeurs, de développement de nouvelles filières de l’énergie et de l’industrie avec des nouveaux métiers, d’acquisition de nouvelles compétences et de création d’emplois en France.
Les informations qui viennent du terrain ne parlent pourtant que de suppressions de postes et de plans de départ volontaire.
Cela ne nous semble pas compatible avec le rôle que doivent jouer les adhérents pour adresser les enjeux de la transition écologique tout en conservant le modèle des hydrocarbures responsables encore indispensable pour les habitants de la planète et cela doit interpeler l’UFIP : ce sera notre sujet de préoccupation majeur en 2021. Nous émettons le voeu que la branche et l’UFIP jouent leur rôle pour créer une dynamique porteuse d’avenir sur ces sujets !
Bruno Le Maire vient tout récemment de dire que la crise nous donne l’opportunité historique de créer de nouvelles filières industrielles : quelles sont les actions de l’UFIP sur ce thème des nouvelles filières ?
Pour affronter tous ces changements (transition digitale et énergétique, changement climatique, nouveaux usages sociétaux, crise économique et changements des organisations du travail liés à la pandémie), les salariés du Pétrole doivent être en forme et rassurés sur leur avenir ! Nous sommes donc surpris de ne pas avoir encore de réponse à notre demande faite à l’UFIP avant Noël d’une étude sur le moral des 33.000 salariés du Pétrole pour mieux les accompagner si le besoin est identifié.​​​​​​​

Votre syndicat CFE-CGC Pétrole attentif aux enjeux sur l’emploi, les métiers, les compétences,
la formation et acteur d’une transition énergétique juste !

Voir les commentaires

Rédigé par CFE CGC Pétrole

Publié dans #UFIP, #cfecgc, #BIP, #IndustriAll, #OPCO, #Petrole, #TransitionEnergetique, #flash

Repost0

Publié le 14 Décembre 2020

La CFE-CGC Pétrole alerte l’UFIP en cette période de crise économique qui touche aussi la filière Pétrole ! (Lire notre déclaration au verso) pour notamment ;

  • Défendre l’emploi grâce aux dispositifs de formation,
  • Développer des parcours professionnels innovants,
  • Permettre à toutes les entreprises de la branche d’anticiper les évolutions nécessaires des compétences afin de s’adapter aux transitions écologique et digitale.

Suite à nos interventions dans toutes les instances où nous avions la possibilité d’exprimer notre point de

vue (voir Flash N°47) mais aussi suite à nos très nombreux twitts sur les réseaux sociaux et au courrier intersyndical (CFDT, CFE-CGC et FO) du 16 octobre 2020, l’UFIP semble enfin vouloir nous écouter !
Le 13 Novembre, lors de la réunion extraordinaire de la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi* (CPNE), la CFE-CGC Pétrole a rappelé à l’UFIP sa responsabilité en matière d’utilisation des moyens et des financements de l’OPCO-2I pour aider les salariés de la branche Pétrole qui sont d’ores et déjà en difficulté et ceux qui vont l’être.

Enfin, les choses bougent !!!!!

L’UFIP s’est enfin décidé et il faut aller vite …. Le rappel des événements et notre vision d’un planning possible (voir au verso).

(*) La CNPE est une commission paritaire dont la principale mission est la promotion de la formation professionnelle en lien avec l'évolution de l'emploi dans une branche professionnelle. Elle est également sollicitée pour préciser ou adapter les règles de mise en oeuvre opérationnelles des dispositifs de formation (définition des qualifications propres à la branche, des publics et actions prioritaires...). Instance paritaire, la CPNE s’appuie sur l'opérateur de compétences (OPCO2I) et l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications (OPMQ) dans la régulation de la politique de formation au sein de la branche.

Votre syndicat CFE-CGC Pétrole attentif aux enjeux sur l’emploi, les métiers, les compétences, la formation et acteur d’une transition énergétique juste !

Déclaration CFE CGC en CPNE du 13 Novembre 2020

La CFE CGC pétrole alerte à nouveau l’UFIP sur la nécessité d’adapter les dispositifs existants, notamment en lien avec la formation, aux nouvelles conditions sociales, économiques et environnementales dans lesquelles les entreprises et salariés de la filière doivent désormais évoluer. Ces aménagements nécessitent une capacité de réactivité et d’innovation très forte qui doit être rendue possible par la dynamique et l’inventivité du dialogue social et économique au sein de la branche pétrole.
La CFE CGC pétrole fait le constat qu’il faut d’ores et déjà agir même si l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 ne sera pleinement mesuré qu’à l’issue d’une période longue couvrant notamment les difficultés rencontrées au redémarrage de l’activité économique post-confinement. Et cet impact de la Covid 19 rend plus prégnant une situation qui nécessitait déjà une adaptation réfléchie dans le développement de nouvelles compétences dans le digital, les nouvelles technologies de l’Energie et les énergies renouvelables.
Dans ces conditions économiques, dont on peut craindre qu’elles soient durablement dégradées ou du moins instables et incertaines, il appartient à l’UFIP de proposer et d’impulser rapidement les ajustements nécessaires pour permettre la mobilisation massive des capacités de formation, limiter au maximum la perte des compétences encore utiles, notamment les plus spécifiques, indispensables au rétablissement progressif de l’activité et surtout développer de nouvelles compétences nécessaires à l’adaptation aux nouveaux usages du contexte écologique et du changement climatique.

Les mesures que nous demandons aujourd’hui ont donc pour objectifs :

  • De maintenir l’attractivité des métiers du pétrole qui fabrique des produits de haute technologie qui seront encore indispensables aux citoyens à horizon 2030-2050
  • De défendre l’emploi en permettant un recours large aux dispositifs de formation permettant le développement de nouvelles compétences et qualifications
  • De développer des parcours professionnels innovants sur l’ensemble des métiers qui doivent être à forte valeur ajoutée, notamment avec le développement du digital, de l’IA et de la robotique
  • De permettre à toutes les entreprises de la branche d’anticiper les évolutions nécessaires des compétences afin de s’adapter plus facilement à un contexte piloté par la transition écologique et le changement climatique, donc d’intégrer de nouvelles compétences dans la branche permettant le développement de nouveaux savoir-faire
  • De lutter contre l’obsolescence des compétences en favorisant la transmission des savoir-faire spécifiques à la branche

Calendrier de l’analyse de la situation économique (acté par l’UFIP) puis notre demande de négociation d’un accord « mesures d’urgence >>

Mesures d’urgence = adapter les dispositifs existants, notamment en lien avec la formation, aux nouvelles conditions sociales, économiques et environnementales dans lesquelles les entreprises et salariés de la filière doivent désormais évoluer

Voir les commentaires

Rédigé par CFE CGC Pétrole

Publié dans #BIP, #TransitionEnergetique, #UFIP, #cfe-cgc, #flash

Repost0

Publié le 27 Novembre 2020

 

La CFE-CGC Pétrole invitée au forum BIP / ENERPRESSE : pour la défense des salariés du pétrole et une transition énergétique juste.

 

La CFE-CGC Pétrole, représentée par son président Laurent Grizon, a été invitée par BIP / ENERPRESSE à participer à une table ronde portant sur les « conséquences de la transition énergétique pour la société ».  
Cet évènement (la 13ème édition ENERPRESSE forum - 
https://live.eventtia.com/fr/enerpresse2020/Accueil/ ), organisé par les rédactions des quotidiens BIP et ENERPRESSE, a réuni pendant 2 jours les décideurs publics et privés de l'énergie. L’occasion pour nous de faire entendre notre voix et de réseauter.

Au cours des échanges Laurent a donc pu développer notre point de vue notamment au sujet de l’avenir des quelques 33.000 salariés du pétrole et de l’attractivité de notre branche en mutation vis-à-vis des jeunes : pour une transition énergétique juste, dans les bassins     d’emplois ! Ci-dessous, à chaud les twittes de Mme Anne-Marie Kopanski rédactrice en chef du BIP (Bulletin des Industries du Pétrole).

Extraits de quelques interventions de Laurent Grizon :

Votre syndicat CFE-CGC Pétrole influenceur 
et acteur d’une transition énergétique juste !

Voir les commentaires

Rédigé par CFE CGC Pétrole

Publié dans #enerpresse, #BIP, #TransitionEnergetique, #UFIP, #cfe-cgc, #social

Repost0